Stage  » Le clown face au public : à la rencontre de son joueur au présent du lien avec le public « 

Prochaines dates : – 01 au 06 novembre 2022 à L’Abricole – Sourzac (24) – Inscriptions ouvertes

L’intention de l’intervenante Adeline Raynaud : ce stage en immersion est né de l’envie de combiner une méthode basée sur l’écriture au présent, la présence de l’acteur et l’éveil du joueur transmise notamment par Eric Blouet et des outils et techniques d’improvisation liées au rapport direct avec le public et au rire issus de la méthode de Michel Dallaire. Dans mon ressenti et en traversant ces manières différentes d’appréhender l’espace auprès de nombreux intervenants j’ai relevé et développé ce qui me touche particulièrement dans ces approches, ce qui crée le lien et m’aide à être au plateau dans ma vérité, sans concession. C’est ce que j’aspire à transmettre : des billes pour être présent à soi face à un public, pouvoir s’amuser avec et transcender ce que cela provoque en nous. S’autoriser à se dévoiler dans ses forces et ses fragilités. C’est là pour moi toute la puissance du clown de permettre d’être là quoi qu’il arrive.

Objectifs pédagogiques :

  • Acquérir des techniques d’improvisation au présent
  • Éveiller le joueur, accéder à sa multiplicité
  • Repérer les besoins du joueur en relationnant avec ses outils corporels et émotionnels, autonomie
  • Explorer l’objectif du clown
  • Explorer le bide, l’échec et la victoire du clown
  • Explorer le rapport du clown à soi et au public

Contenu :

Les matinées seront consacrées à l’entrainement du joueur :

  • respiration, ancrage, méditation
  • gammes énergétiques
  • états de base et émotions
  • rythmiques, circulation de l’énergie, montées d’énergie
  • marches, démarches et attitudes
  • écoute, résonance et temps publics

Les après-midis donneront lieu à des improvisations guidées en solo, duos ou trios dans lesquelles le travail sera axé sur les fondamentaux tels que :

  • les différentes entrées
  • objectif et prétexte
  • nécessités du joueur
  • les 5 étapes d’un passage (entrée,
    préparation, prétexte, envol et sortie)
  • jeu en famille et en conflit

Démarche artistique et pédagogique :

Le stage « Le clown chanteur » se présente comme un processus d’expérimentation.

Le stage est en immersion au cœur du vivant et du vibrant. 6 jours de déconnexion totale avec son quotidien pour pouvoir accéder à son joueur, exprimer et se permettre d’être au présent. Il s’agit d’oser vivre ses besoins, se laisser surprendre par sa créativité et de s’autoriser à vibrer.

Les outils vocaux et corporels aident à s’apprivoiser en tant que matière, savoir s’utiliser, s’activer. Se connaitre avec précision est un élément clef de l’être au plateau.

Le clown est un personnage aussi multiple que toutes les facettes de son être. Nous accédons à son intime pour lui permettre d’exprimer sa vérité de l’instant, s’en amuser, la transcender. Dans l’improvisation clownesque, le joueur est amené à se connecter avec l’aide d’outils techniques et la guidance douce de intervenante à ses ressentis, son état d’être du moment. L’intervenante viendra « provoquer » le joueur pour l’aider à aller là ou il a plus de difficultés à aller. On dit souvent que la vie du clown n’est pas facile, effectivement le joueur à besoin de sortir de sa zone de confort, de se surprendre. L’idée est de lui permettre de sortir de sa zone de contrôle pour que ce qui a envie de vivre puisse le faire. Ce qui nous touche en tant que spectateur c’est ce qui échappe au joueur, une grande partie de l’entrainement de ce joueur est donc de muscler sa capacité à laisser faire les choses.

En clown, la personne ne sera jamais jugée : pas de juste ni faux, ce qui est donne le jeu. Par contre, le clown pourra être confronté au défi de s’engager pleinement dans son action. Il devra faire de son mieux et pourra jubiler par ses aveux, ses défaites et ses victoires, d’être bon ou mauvais.

Dans ce parcours aucune forme de compétition, seulement du vécu et du jeu, de la matière et des informations qui viennent nourrir le clown et permettre de mieux connaitre son joueur, de l’apprivoiser pour mieux savoir ce qui le fait vibrer et lui permet d’accéder au plaisir du jeu.

Il s’agit bien d’une expérience artistique dans le but d’explorer au plateau et non d’une thérapie ou d’un stage de bien être et de développement personnel.

Le lieu :

Dans une salle privée à Sourzac, en Dordogne, chez l’habitant, sur le lieu d’accueil artistique l’Abricole, un lieu en dehors des sentiers battus, dans un environnement bucolique et atypique. La salle a été rénovée avec des murs en paille avec un parquet en peuplier et deux grandes baies vitrées avec vue sur une nature sauvage. L’hiver, la salle est chauffée avec un poêle à bois. Les toilettes sont sèches. Il y a plusieurs possibilités pour l’hébergement en collectif ou individuel selon les places restantes (tarif compris entre 12 euros à 5 euros selon les formules de logement choisi).

L’intervenante :

Adeline est circassienne et comédienne depuis 20 ans, formée au Lido, au Ring et au Hangar à
Toulouse. Elle enseigne les arts du cirque pendant plusieurs années puis elle se tourne vers le clown à partir de 2013. Elle suit des stages auprès d’Anna Berry, Nicolas Quetelard, et Eric Blouet où elle
expérimente l’organicité et la démesure du clown. En 2016, elle intègre la formation professionnelle du Samovar, école de clown à Bagnolet où elle rencontre la pédagogie Dallaire avec Christian Tétard, Emmanuel Sembely et Lætitia Deckert grâce auxquels elle développe sa boite à outil technique. Parallèlement, elle travaille avec des compagnies de théâtre contemporain, notamment le Théâtre 2 l’Acte, et développe ses propres spectacles autour d’une écriture de plateau, Busy Voice Exp, La belle au doigt mordant. Depuis plusieurs années, elle chante et joue du piano alliant clown et musique.
Depuis 2018, elle crée et joue Mon Chef d’œuvre avec la Tou Ménerv Cie, solo d’une clowne musicale et intimiste. Passionnée par la pédagogie, Adeline développe plusieurs formats de stages, des laboratoires et autres expérimentations clownesques collectives.

Logistique et modalités d’inscription :

Durée : 6 jours. 42h – Horaires 10h/13h et 15h/19h. Arrivée le 31 octobre au soir, départ le 07 au matin ou le 06 à partir de 20h. Accès limité à 10 personnes.

Lieu : Sourzac (24)

Prérequis : stage adulte tous niveaux, avoir envie de jouer. Validation de l’inscription par entretien téléphonique. L’inscription sera effective après le versement des 100 euros d’arrhes à l’association Confit d’art qui ne seront pas remboursées en cas de désistement sauf si la personne propose quelqu’un pour la remplacer.

Frais pédagogiques : fourchette consciente et solidaire suivant les moyens de chacun.e entre 250€ et 550€. Il n’existe pas de possibilité de financement pour ce stage.

Repas : prévoir les petits déjeuners et de quoi grignoter, les repas du midi et du soir sont confectionnés par un cuisinier : 120€ / semaine.

Hébergement : 7€/nuit en dortoir ou 12€/nuit en caravane individuelle

Matériel à prévoir :

  • un nez
  • une playlist de 10 morceaux qui vous font vibrer
  • une dizaines de costumes collectifs (rien de fragile)
  • vos costumes habituels si vous en avez
  • un tapis de yoga
  • une couverture ou plaid
  • un coussin de méditation
  • des chaussons et chaussettes chaudes
  • des vêtements chauds (parfois les nuits sont fraiches)

Informations et inscriptions : 06 81 10 64 65 // toumenervcie@gmail.com

Photos des stages précédents

Quelques extraits de carnets de voyages des anciens stagiaires

 » Il y a deux aspects qui semblent avoir façonné particulièrement mon expérience : la
découverte de l’univers de jeu du clown et le fait de s’autoriser à être à l’écoute de soi. Non
seulement de se l’autoriser mais bien d’en faire le cœur de l’exercice. Qu’il s’agisse de
l’écoute de ses émotions, de celle de son corps, du rythme qu’il impulse, de l’écoute de son
état, de la prise de conscience du moi, ici et maintenant…. Cet exercice – ou plutôt cet
apprentissage – du recentrage permanent vers soi, et de l’accueil de ce qui est – a participé
grandement à la puissance de mon expérience. Il m’a permis d’intégrer la différence entre la
valeur du faire et la valeur du vivre – sur le plateau comme ailleurs.  » Elinor

« J’ouvre les yeux et je vois ce tout nouveau monde, mais je sens aussi mon nouveau corps, comment il
bouge, cette sensation familière mais nouvelle à l’instant. Lorsque j’interagis avec l’extérieur, qu’elles
me posent des questions, qu’elles me regardent, que je les regarde, mon corps se met à bouger, mes
mains vont et viennent, tandis que ma raison élabore une réponse. Comment éteindre la raison,
comment laisser le corps prendre le contrôle et laisser la raison être au service du corps ? » Alejandro

%d blogueurs aiment cette page :